» Le Comité » Une culture à partager » La seconde guerre mondiale
 
samedi 27 mai 2017
Le Comité

 
 

La seconde guerre mondiale

 

Allemagne : Nüremberg

- Le procès de Nüremberg

En décembre 1946, 23 médecins et responsables médicaux allemands ont comparu devant le Tribunal Militaire pour les Crimes de Guerre qui siégeait à Nuremberg pour leur participation active à des sévices, mutilations et meurtres perpétrés sur des prisonniers sous couvert d’expérimentation.

Le Tribunal Militaire a jugé en août 1947 que ces expérimentations constituaient des crimes contre l’humanité et condamné 16 des 23 inculpés, dont 7 à la peine de mort.

- Le Code de Nüremberg

Le jugement d’août 1947 a pris acte que les médecins ne suffisaient pas à garantir la dignité de la personne ; il comporte un chapitre intitulé Les expérimentations médicales acceptables qui est connu sous l’appellation de Code de Nüremberg et constitue un texte fondateur de l’éthique de la recherche clinique :

  • 1. Il est absolument essentiel d’obtenir le consentement volontaire du malade.
  • 2. L’essai entrepris doit être susceptible de fournir des résultats importants pour le bien de la société, qu’aucune autre méthode ne pourrait donner.
  • 3. L’essai doit étre entrepris à la lumiére d’expérimentation animale et des connaissances les plus récentes de la maladie étudiée.
  • 4. L’essai devra être connu pour éviter toute contrainte physique ou morale.
  • 5. Aucun essai ne devra être entrepris, s’il comporte un risque de mort ou d’infirmité sauf peut-être si les médecins eux-mêmes participent à l’essai.
  • 6. Le niveau de risque pris ne devra jamais excéder celui qui correspond à l’importance humanitaire du probléme posé.
  • 7. Tout devra être mis en oeuvre pour éviter tout effet secondaire à long terme aprés la fin de l’essai.
  • 8. L’essai devra étre dirigé par des personnalités compétentes. Le plus haut niveau de soins et de compétence sera exigé pour toutes les phases de l’essai.
  • 9. Pendant toute la durée de l’essai, le malade volontaire aura la liberté de décider d’arréter l’essai si celui-ci procure une gêne mentale ou physique et si, de quelque autre façon, la continuation de l’essai lui paraît impossible.
  • 10. L’expérimentateur doit se préparer à arrêter l’essai à tout moment, s’il a des raisons de croire, en toute bonne foi, et aprés avoir pris les avis plus compétents, que la continuation de l’essai risque d’entraîner la mort ou une infirmité aux malades.

Japon : l’unité 731

Moins connues, mais toutes aussi atroces, ont été des expérimentations chez l’homme pratiquées en Chine par une unité spéciale de l’armée japonaise, l’unité 731.

La devise de cette unité était : « Ne regarde pas, ne parle pas et ne demande rien ».
.
.
.
.
.
.
.
.
.


Lectures recommandées :

  • les minutes du Tribunal militaire de Nüremberg proposés par la Bibiliothèque Marzal : 1re partie . 2e partie.
  • le texte original de la section "Permissible Medical Experiments" du jugement rendu le 19 août 1947 par le Tribunal militaire américain, qui est entré dans l’histoire sous le nom de Code de Nüremberg.

 
 
Publié le lundi 8 mai 2006
Mis à jour le lundi 14 août 2006

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le vendredi 9 février 2007 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le mercredi 19 mars 2008
 
Publié le samedi 6 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le vendredi 8 septembre 2006
 
Publié le samedi 6 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le mardi 15 août 2006
 
Publié le dimanche 28 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le dimanche 25 février 2007
 
Publié le dimanche 7 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le lundi 14 août 2006
 
Publié le lundi 8 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le mardi 15 août 2006
 
Publié le lundi 8 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le lundi 4 septembre 2006
 
Publié le lundi 8 mai 2006 par CPP SUD MED2
Mis à jour le mardi 15 août 2006
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le vendredi 12 mai 2017