» Questions / réponses » Nos réponses » Recherche post-mortem
 
vendredi 15 décembre 2017
Questions / réponses

 
 

Recherche post-mortem

 

J’envisage de réaliser une recherche de physiologie sur des tissus ganglionnaires obtenus à l’occasion d’un prélèvement d’organes chez une personne décédée. Dois-je déposer un dossier auprès d’un Comité de protection des personnes ?
Question d’un interne en médecine, septembre 2005

Réponse :

L’article L1121-14 du code de la santé publique, 3° alinéa dispose que :

  • "Aucune recherche biomédicale ne peut être effectuée sur une personne décédée, en état de mort cérébrale, sans son consentement exprimé de son vivant ou par le témoignage de sa famille.
    Toutefois, lorsque la personne décédée est un mineur, ce consentement est exprimé par chacun des titulaires de l’autorité parentale. En cas d’impossibilité de consulter l’un des titulaires de l’autorité parentale, la recherche peut être effectuée à condition que l’autre titulaire y consente.
    Les dispositions de l’article 225-17 du code pénal ne sont pas applicables à ces recherches
    ."

Le décret n° 2007-1220 du 10 août 2007 relatif au prélèvement, à la conservation et à la préparation à des fins scientifiques d’éléments du corps humain et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires) a introduit dans le code de la santé publique plusieurs dispositions d’ordre réglementaire relatives aux Prélèvements à des fins scientifiques d’organes, de tissus ou de cellules :

  • Section 3 du chapitre II du titre III du livre II : Prélèvement d’organes à des fins scientifiques
    dépôt d’un dossier à l’Agence de la Biomédecine, conditions de mise en oeuvre, d’interdiction ou de suspension de la recherche (articles R1232-15 à R1232-22 du code de la santé publique).
  • Sous-section 2 de la section 1 du chapitre Ier du titre IV du livre II : Prélèvement à des fins scientifiques (article R. 1241-2-2 du code de la santé publique).
  • Section 3 du chapitre Ier du titre IV du livre II : Prélèvement à des fins scientifiques de tissus ou de cellules embryonnaires ou foetaux à l’issue d’une interruption de grossesse (articles R1241-20 à R1241-23 du code de la santé publique).

-  En pratique , ce type de recherche :

  • nécessite la soumission préalable d’un dossier auprès de l’Agence de Biomédecine ; le modèle de dossier incluant le protocole relatif aux prélèvements à des fins scientifiques d’organes, de tissus ou de cellules issus du corps humain est défini par l’arrêté du 16 août 2007.
  • ne concerne pas les Comités de Protection des Personnes.

NB : ci-dessus, "le texte entre guillemets et en italique" correspond à la citation d’un texte législatif ou réglementaire.

 
 
Publié le mardi 21 août 2007
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le jeudi 13 novembre 2008 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le mercredi 26 juillet 2006 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le vendredi 24 octobre 2008 par Le Secrétariat du Comité
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le mardi 8 août 2006 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le lundi 17 mars 2008 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le mercredi 26 juillet 2006 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le lundi 29 novembre 2010 par Le Comité de rédaction
 
Publié le samedi 12 août 2006 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le mardi 18 mars 2008 par Le Comité de rédaction
Mis à jour le lundi 29 novembre 2010
 
Publié le lundi 29 novembre 2010 par Le Comité de rédaction
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le lundi 11 décembre 2017